↑ Return to Ressources Hydriques

Print this Page

La Surveillance de la Qualité de l’eau

En 2005, L’Office National du Litani a créé, l’unité environnement et lui a donné comme mission de surveiller de manière permanente la qualité des eaux de surface du bassin.

 

Le Bureau de l’Environnement – Sa Mission et l’Organisation du Travail

  • La mission de cette unité est de collecter des échantillons d’eau au niveau des bassins supérieur et inferieur du Litani et de les analyser dans le but de déterminer les composants polluants ainsi que les sources de pollution.
  • Ces tâches sont réparties entre une équipe rattachée au centre de développement rural de Kherbet Kanafar (pour le bassin supérieur) et une équipe rattachée au bureau de l’ONL basé à Saida (pour le bassin inferieur)
  • Cette unité a réalisé une étude des caractéristiques géographiques influant sur la qualité de l’eau du bassin, y compris les principales sources de pollution (solides, hospitaliers, industriels), les infractions ayant lieu, et ceci pour le bassin supérieur.

 

Déchets du pressoir à proximité du lac de Karaoun
Un pressoir à olive…

 

Etudes et Activités Intéressantes

  1. Les études autour de la qualité de l’eau réalisées au cours des années 2010-2013 par le projet LRBMS, qui ont abouti au développement d’un indicateur de qualité de l’eau. Celui-ci sera bientôt adopté par l’ONL pour produire des rapports annuels qui seront communiqués au public. Le programme LRBMS a également réalisé de nombreuses études concernant le développement de la gestion de l’eau sur le bassin, et ceci au cours de la période 2009-2014.
  2. La collaboration avec l’Université Arabe de Beyrouth pour réaliser une étude de la qualité de l’eau dans le lac Karaoun.
  3. La participation au projet ARASIA mené par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, concernant l’étude de la recharge artificielle de l’eau souterraine. Ces recherches reposent sur l’utilisation d’isotopes environnementaux et écologiques pour l’analyse quantitative et qualitative de l’eau souterraine. Cette méthode permet également de déterminer le taux d’infiltration et l’âge d’un lac, de par l’analyse des sédiments qui s’y déposent.
  4. La participation à plusieurs conférences et ateliers au Liban et à l’étranger, notamment :
    1. Participation à un voyage d’étude au Bureau de Réclamation de l’Arizona aux Etats Unis. Au cours de cette visite, les participants ont assisté à des formations concernant la gestion des bassins versants, y compris la gestion du risque au niveau des barrages, la gestion des systèmes d’irrigation et des usines hydro-électriques, le traitement des eaux usées ainsi que la création de réserves naturelles.
    2. Participation à une session de formation en Jordanie, organisée par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique dans le cadre du projet ARASIA. Cette formation a traité le sujet de l’utilisation des isotopes et des techniques géochimiques pour l’étude de la recharge artificielle de l’eau souterraine.
    3. Au cours de cette session, l’équipe libanaise (composée de l’Agence Libanaise de l’Energie Atomique et de L’Office National du Litani) a exposé les résultats des analyses qu’elle a réalisée dans le cadre du projet et a pu bénéficier des méthodes apportées par des experts, visant à améliorer la précision des résultats.
    4. Etude préliminaire sur le potentiel de création d’une zone humide artificielle pour le traitement biologique des eaux usées. Cette méthode a l’avantage de ne pas recourir aux méthodes industrielles traditionnelles qui ont à la fois un cout économique et environnemental engendrés par les processus d’opération et de maintenance.
  5. Le projet BAMAS financé par USAID (période 2004-200) dans le cadre duquel des échantillons ont été collectés de plus de 200 sites (au niveau du Litani et ses affluents, sources avoisinantes et lac de Karaoun) afin d’étudier la qualité de l’eau de toutes les ressources en eau du bassin. Parmi les principaux polluants qui ont été identifiés nous citons les nitrates, le phosphate, la bactérie coliforme. Les sources de pollution ont été également identifiées grâce à ce projet.
  6. Les analyses de qualité de l’eau des sources à usage domestique effectuées par le Ministère de la Santé.
  7. L’étude effectuée par le Centre de Recherches pour le Développement International en 2004.
  8. L’étude effectuée par l’équipe suisse en 2000.

Les Objectifs du Bureau de l’Environnement

Les principaux objectifs du programme de surveillance de la qualité de l’eau sont :

  1. La mise en place d’une base de données à long terme permettant une bonne surveillance de la qualité de l’eau et de son évolution au niveau du bassin et ceci dans le but d’assurer une eau domestique et d’irrigation saine aux villages.
  2. Le regroupement d’un ensemble de rapports et analyses afin qu’ils soient utilisés comme base aux prises de décision concernant la gestion de l’eau.
  3. L’échange de données et informations avec les institutions concernées par la qualité de l’eau afin de développer de manière coordonnée la qualité de l’eau.
  4. Le renforcement des capacités pour la détection précoce des polluants et de leurs sources, et la mise en place d’un cadre juridique pour le contrôle des pollueurs : industries, agriculteurs, carrières etc.
  5. Etudes géotechniques, reposant sur les techniques isotopiques et géochimiques, concernant la contribution du lac de Karaoun à la recharge artificielle de l’eau souterraine. Ces études se feront a travers la participation au projet ARASIA entrepris par l’Agence Libanaise de l’Energie Atomique et qui recourt principalement aux techniques isotopes et géochimiques.
  6. L’utilisation de ces mêmes techniques pour étudier le potentiel d’infiltration de l’eau du lac, ainsi qu’une estimation de sa durée de vie.
  7. La surveillance de la qualité d’eau souterraine par le biais des puits de surveillance mis en place dans le cadre du projet LRBMS financé par USAID.

Activités du Bureau de l’Environnement

Emplacements des échantillons:
  • Le tableau suivant résume les points d’eau adoptés pour la collecte des échantillons de l’année 2006. Ils comprennent affluents, sources et puits.
  • Tous ces emplacements se trouvent sur des sources d’eau dans le bassin supérieur du bassin (dans des complexes hydrauliques de la Bekaa du centre)

 

Emplacement
Description
Source Quaa El Rim

Se déverse directement dans le Litani

Source Qab Elias

Se déverse directement dans le Litani

Source Shamsin

Se déverse directement dans le Litani

Source Khreizat

Se déverse directement dans le Litani

Source Ein El Delb

Se déverse directement dans le Litani

Fleuve Ghzayel

Un affluent du Litani

Fleuve Berdawni

Un affluent du Litani

Fleuve Jeb Jannine

Un affluent du Litani

Puits du Loucy

Puits de surveillance mis en place et géré par le Ministère de l’Energie et de l’Eau

Lac de Karaoun

Réservoir du barrage de Karaoun 

Appareils Utilisés dans les Analyses:

  1. Le Colorimètre : permet de mesurer la concentration du phosphate, sulfate, nitrate et ammonium sur le terrain.
  2. Un appareil de mesure de terrain: permet de tester la conductivité, le total de solides dissous (TDS), la salinité, la température, le pH, l’oxygène dissous (OD) et les coliformes totaux.

Principaux Polluants et Résultats:

Les études déjà réalisées ont abouti à déterminer trois catégories principales de polluants dans le bassin supérieur du Litani:

  1. Les ordures et substances polluantes, résultant principalement des déchets des usines.
  2. Les nitrates et les phosphates résultant principalement des activités agricoles et des déchets domestiques.
  3. Les bactéries coliformes amenées principalement par les eaux usées domestiques.

Dans l’objectif de vérifier les informations et de les véhiculer, l’unité environnement a adopté les règles suivantes:

  1. Effectuer une analyse d’échantillons mensuelle dans le but d’observer les changements saisonniers.
  2. Collecter et analyser les échantillons conformément aux normes internationales, afin d’améliorer la qualité des informations.
  3. Augmenter le nombre des stations de surveillance et définir leur localisation de manière à garantir une surveillance intégrale sur l’ensemble du bassin supérieur, tout en accordant la priorité aux points de haute pollution.
  4. Améliorer les procédures de collecte et d’analyse afin d’atteindre une meilleure qualité de surveillance et une meilleure gestion des données.

Les échantillons ont été collectés directement du fleuve ; les emplacements ont été indiqués sur GPS et les données ont été intégrées dans le système SIG.

Recommandations et Conclusions

  • Il est important que le bureau de l’ environnement acquière un plus grand nombre d’appareils de mesure de terrain pour renforcer sa capacité à réaliser des analyses de manière régulière plutôt que de se baser sur les rapports annuels produits par le directorat des ressources en eaux.
  • La mise en place d’un programme de surveillance plus régulier est cruciale pour les sites où les taux de pollution sont élevés.
  • La collaboration avec l’Agence Libanaise de l’Energie Atomique dans le cadre du projet ARESIA est une opportunité dont il convient de bénéficier.

Permanent link to this article: http://www.litani.gov.lb/fr/?page_id=240